Suzanne CLEMENT- Christine PASCAL – La Grande et la Petite –

&lt/em>
Ces deux-là ont des noms en forme de prénom.
Et pourtant.
Ces deux-là mériteraient la majuscule

J’ai mis du temps, pour la reconnaître.
Ni la même coiffure, ni la même couleur, de cheveux, d’habits, ni le même poids.
Et pourtant. Quelque chose, dans l’émotion, dans le visage, dans cette façon, quand l’émotion vient, de froncer le nez, de tourner la tête.
D’être dans le silence. Voilà. J’ai mis du temps. D’être dans le silence.

Alors, ça m’est revenu, brusquement.
Cette femme, dans MOMMY. Ce silence. Cette qualité de silence

Puis brusquement, dans A LA VIE, elle raconte, l’abandon de son bébé.
Je me souviens. Avoir entendu, à la radio, ce témoignage, d’une femme, qui racontait cette histoire.
« En vrai », disent les enfants. En vrai.
Qu’elle avait lâché cette main de petite fille, en comprenant qu’elle mourrait si elle la tenait.
Qu’elle avait lâché. Pourquoi …

Pour témoigner. Jusqu’à la fin des jours, pour témoigner.

Suzanne CLEMENT.

Maintenant il y a cette grande et cette petite.
La Grande et la petite.
On s’est posé tant de questions sur l’usage de la majuscule, de la minuscule.

la grande

Jamais ce texte n’aurait paru si l’éditrice n’était venue le chercher, si la graveuse n’avait voulu le mettre en images.
Le mettre en images. Le porter. Le prendre en charge.

Et maintenant il y a Christine PASCAL. Le petit Prince a dit.
Ce film, je l’ai vu à sa sortie. Sur le DVD il n’y a même pas de traduction anglaise.
Je l’ai retrouvé, il y a peu, j’en avais le souvenir d’une nécessité.

Et maintenant tous ces travaux se rassemblent.
Mettre des mots sur l’indicible.
Il est tellement gentil , ce mot, « l’indicible ».
Tenter de nommer ce grand blanc, ce grand gouffre, ce qui jour après jour, parfois, nous ronge. Avec constance.

Dans MOMMY, il y a ce plan, du linge, un peu trop long.
Juste assez long pour que l’on entre ailleurs.
Le début de « LE PETIT PRINCE A DIT », c’est ce plan un peu trop long, de Violette, de dos.
Et tout le film contenu dans ce petit trop de temps.

Majuscule, minuscule, combien fortes sont ces tentatives de dire ce qui, jamais, ne pourra l’être.

Grandes, Petites, elles ont des noms en forme de prénoms qui ne les empêchent pas d’être si grandes, dans leur tentative de dire le si petit.

Publicités

A propos nadinebruncosme

Nadine Brun-Cosme a exercé plusieurs professions avec des enfants et des adolescents, avant de travailler exclusivement autour de l'écriture. Elle est l'auteur de romans et de nouvelles. Par l'écriture, elle tente de saisir les multiples sensations quotidiennes qui nous ouvrent la porte du souvenir en même temps qu'elles façonnent notre chemin.
Cet article, publié dans ACTUALITES, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s