Le Pouvoir de l’imagination – Papa à grands pas –

Derrière cette lumineuse couverture se cache un album tendre et original à propos de l’amour réciproque d’un père et de son fils sur fond de séparation (et de retrouvailles) mettant à l’honneur le pouvoir de l’imagination, à découvrir absolument !

Le livre s’ouvre sur le départ matinal du petit Mathieu et de son père dans la (très) vieille voiture verte qui tousse, crache de la fumée et a besoin d’un parapluie sur le toit pour combler les trous. Bref, c’est une voiture en fin de course malgré la super plaque d’immatriculation (PAPA 007). Elle parvient tout de même à démarrer, alors direction la crèche ! Au moment de se quitter, le petit garçon inquiet demande à son père: « Et si, ce soir, la vieille voiture ne démarre pas ? » Bien entendu, le père trouve une réponse qu’il veut drôle mais aussi rassurante pour son fils: « Alors, je viendrai te chercher avec le gros tracteur rouge du voisin » (le fameux tracteur est visible sur la première double page du livre). Mathieu contrecarre sa proposition pour tester son père: « Et si le gros tracteur rouge est trop fatigué ? » Ce dernier ne se laisse pas déstabiliser et laisse son imagination s’envoler en donnant vie au doudou de son fils qui dort au bout de son lit. On voit alors le père sur le dos du gros ours blanc Martin partant à la rencontre de son fils…

Va s’enchaîner ensuite une série de scénettes avec des moyens de transport tous plus originaux les uns que les autres prouvant la volonté farouche du père de retrouver son fils. Mais, Mathieu n’en reste pas là et rentre dans le jeu mis en place par son père en brisant toutes les tentatives paternelles avec des questions biscornues: « Et si… ? » Cependant, à chaque question de son fils, le père (confiant) trouve toujours quoi répondre en commençant par « Alors, je… » et chacune de ses phrases se termine par « jusqu’à toi ». L’un et l’autre font preuve d’une imagination débordante pour le plus grand plaisir des petits lecteurs qui apprécient le mélange de poésie, d’inventivité et d’humour !

Ici, l’accent est mis sur le super papa, un savant mélange de James Bond et de Mary Poppins. Malicieux et tendre, son parapluie noir ne le quitte pas se transformant tour à tour en accessoire et malgré beaucoup de petites mises en scène (ma préférée est celle avec les oiseaux), rien ne pourrait empêcher ce papa de venir chercher son fils. L’avant-dernière double page est le point culminant de l’album qui donne tout son sens au titre Papa à grands pas. Le (grand) papa enjambe littéralement la distance entre la maison familiale et la crèche (qui apparaissent alors comme minuscules) avec la magnifique phrase: « Je prendrai simplement mes deux jambes à mon cou, car pour venir te chercher, mes deux jambes ne seront jamais fatiguées. »

Avec cet album, Nadine Brun-Cosme et Aurélie Guillerey exploitent le rapport de taille adulte-enfant et ont poussé à son paroxysme la force (physique et d’esprit) de la figure paternelle. Et oui, l’amour de ce père pour son petit garçon est bien sans limites ! Papa à grands pas met aussi en lumière l’angoisse de la séparation et l’inquiétude que peuvent ressentir les enfants à l’idée que leurs parents ne puissent pas les récupérer à la fin de la journée… Grâce à ce livre, un enfant qui a des difficultés à appréhender la séparation voit une journée se dérouler avec le schéma séparation-inquiétude-apaisement-retrouvailles et pourra y retrouver ses propres angoisses. De quoi l’aider à se rassurer dans la bonne humeur…

Dans cet album, j’ai apprécié le côté faussement simple. On part d’une base classique « Mon père, ce héros » mais le traitement est tout en finesse: ici, pas de gros muscles et le papa se montre rassurant par d’autres aspects. Il y a une fantaisie, une grande gaieté et une douceur bienveillante qui se dégagent de ce livre (même le dragon est gentil). La couleur noire est présente sur toutes les pages (oui, apprenons aux enfants que le noir n’est pas forcément « sombre ») mais entourée de couleurs claires et le tout dans un style rétro propre à Aurélie Guillerey. Quant au texte de Nadine Brun-Cosme, il est juste et percutant. Bref, c’est un mariage réussi !

Quelques oiseaux noirs (sans être menaçants) sont présents sur toutes les pages et accompagnent l’histoire comme des guides. À la fin de la lecture de cet album, n’hésitez pas à le reprendre dès le début et demandez à votre enfant de tous vous les montrer (ainsi que le parapluie noir d’ailleurs) ! C’est un petit jeu qui fonctionne toujours bien… Je vous conseille aussi d’aller faire un tour sur le site de Nadine Brun-Cosme, auteur de nombreux très bons ouvrages, et d’Aurélie Guillerey, illustratrice de talent.

Par Delphine, l’étagère du bas –

 

PAPA A GRANDS PAS

Publicités

A propos nadinebruncosme

Nadine Brun-Cosme a exercé plusieurs professions avec des enfants et des adolescents, avant de travailler exclusivement autour de l'écriture. Elle est l'auteur de romans et de nouvelles. Par l'écriture, elle tente de saisir les multiples sensations quotidiennes qui nous ouvrent la porte du souvenir en même temps qu'elles façonnent notre chemin.
Cet article a été publié dans ACTUALITES. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s